Vers un fichier des médecins « dangereux »

La Libre – 23 sept. 2014 

L’Ordre des médecins projette de créer une banque de données des médecins qui peuvent être dangereux, selon « Le Spécialiste ». Dans une interview accordée au magazine spécialisé, le nouveau président du Conseil national de l’Ordre des médecins, le magistrat Benoît Dejemeppe, fait part de son intention de faire de l’Ordre non plus un groupement corporatiste de défense des médecins, mais bien un organe de défense de la santé publique, au service du patient. L’Ordre des médecins, organisme administratif et juridictionnel de régulation de la profession médicale, a été ces dernières années l’objet de vives critiques quant à son fonctionnement, jugé archaïque et obscur. L’ancien procureur du Roi de Bruxelles entend dès lors le moderniser et le rendre plus transparent.

Dans cet esprit, l’Ordre prévoit de mettre sur pied une banque de données jurisprudentielles pour permettre aux conseils provinciaux de connaître les décisions que prennent les autres conseils provinciaux. A terme, ces décisions, anonymisées, devraient pouvoir être consultées par les patients et les avocats. « Il est important dans un Etat de droit moderne que la règle soit prévisible pour le justiciable », commente M. Dejemeppe.

Dans le même souci de meilleure information et de santé publique, Benoît Dejemeppe estime également nécessaire de permettre une certaine publicité vis-à-vis des prestataires qui peuvent être dangereux.« Aujourd’hui, nous ne pouvons pas le faire. Il faut aussi pouvoir prendre des sanctions directement exécutoires. » Dans ce cadre, il juge indispensable d’organiser la libre circulation des décisions disciplinaires et administratives en Europe. « Il n’est pas normal qu’un médecin radié en Belgique puisse exercer dans un autre pays. Il faut garantir la qualité des soins aux citoyens européens. »

 

Publicités