Engagée sur une voie mortelle

« On lui a fait croire que la médecine traditionnelle l’amènerait à la mort » rappelle Nathalie De Reuck au sujet du parcours de sa mère, Jacqueline Starck. Parce qu’il faut bien parler de parcours. On n’en vient pas à penser que la médecine classique tue en un coup de cuillère à pot. Le parcours, le processus est progressif. Une marche à la fois, une couleuvre après l’autre. Et puis, quand on est assez avancé dans le processus, dans le système de croyances, il est d’autant plus difficile d’en sortir. Parce que si on regarde en arrière, on n’admet difficilement s’être trompé après avoir mis tant d’énergie, tant d’argent, et en tout cas tant de soi.

C’est un processus psychologique connu, celui de la théorie de l’engagement. Cette théorie rappelle que les actes posés engagent. Et parfois enferment. Au fil des appels téléphoniques, des consultations, des actes (pseudo-)médicaux posés, J.Starck s’est enfoncée dans un système de croyances jalonné d’actes renforçant sa conviction d’être sur le chemin de la guérison. Une conviction qui ne sera ébranlée que bien trop tard.

Publicités